Catégories
Euromedhabitants

Euromed 2 à l’assaut du « pôle Nord » (1/3)

Pendant des années la deuxième partie d’Euromediterranée – qu’on appelle « Euroméditerranée 2 » ou encore « l’extension » – s’est résumée à « Smartseille », une sorte d’OVNI planté sur le terrain d’une ancienne usine à gaz, sans cohérence visible avec le reste du paysage. On a ensuite commencé à entendre parler de « l’îlot XXL », un macro-lot depuis rebaptisé « Les Fabriques » dont les premières constructions ont démarré en avril dernier.

De tout cela je n’ai quasiment jamais parlé ici car il m’était totalement impossible d’imaginer – et donc encore moins de décrire – ce que pourrait être ce futur périmètre en tant que continuité géographique d’Euroméditerranée. A présent qu’à la lisière d’Euromediterranée 1 et 2 les travaux du parc Bougainville ont démarré, tout comme ceux de la (petite) prolongation de la ligne 3 du tram vers le nord et des premiers bâtiments des « Fabriques », il est temps de partir en balade.

Comme pour n’importe quel territoire en chantier, les cheminements indiqués sont sujets à modifications. Si toutefois vous vous retrouvez bloqués n’hésitez pas à chercher un autre itinéraire jusqu’au point de repère suivant, et le cas échéant à discuter avec les ouvriers et conducteurs de travaux, généralement sympathiques, et parfois même diserts !

Source : openstreetmap.org
Des îlots d’Anthoine au futur parc Bougainville
Arrêt 1 : les « îlots d’Anthoine » et la plateforme Sogaris

Au terminus actuel des lignes de tram 2 et 3 « Arenc – Le Silo », continuez sur le boulevard de Paris en direction de la rue d’Anthoine.
Notez la « maison blanche » qui fait le coin du boulevard et de la rue, seule rescapée du périmètre des démolitions d’anciens entrepôts. Elle verra bientôt construire autour d’elle la Cité scolaire internationale, dernière pièce maîtresse d’Euroméditerranée 1. Au rez-de-chaussée se trouve « L’Escale des Docks », une brasserie d’initiés où je vous recommande d’aller déjeuner un jour en semaine.

En face, côté rue d’Anthoine, devant l’immense plateforme logistique gérée par la Sogaris, la démolition d’anciens bâtiments de la SNCF a démarré en février dernier en vue de la construction annoncée de logements, bureaux et commerces, sans qu’on n’en sache vraiment plus. Derrière ces terrains se situe la partie ouest de la frontière entre Euromediterranée 1 et 2. L’avenir des installations de la Sogaris n’est pas très clair lui non plus, le projet d’Euroméditerranée étant de valoriser le foncier de cette emprise de 43 000 m2 où déjà 23 entreprises de logistique sont installées et emploient 500 personnes.

Début des démolitions rue d’Anthoine devant la plateforme Sogaris, juin 2021
Arrêt 2 : l’îlot « Château Vert »

En poursuivant sur la rue d’Anthoine ne manquez pas de vous arrêter au croisement avec la très célèbre rue Cazemajou, qui délimite la partie ouest de l’îlot « Château Vert », en référence à un ancien établissement très prisé dont vous ne trouverez malheureusement ici qu’une traverse du même nom qui sert depuis des années de déchetterie sauvage.
Sur cette emprise, propriété de l’Etablissement Public Foncier PACA qui assure le portage des terrains en attendant que l’Etablissement Public d’Aménagement Euroméditerranée (EPAEM) statue sur les projets qui y seront développés, se sont installés depuis des années des communautés rom et albanaises. Aux déchets des ferrailleurs s’ajoutent ceux que des professionnels peu scrupuleux viennent déverser chaque jour sur le site plutôt que de les porter en déchetterie. D’impressionnantes opérations de nettoyage y sont régulièrement menées par la Métropole : ici comme souvent à Marseille, on traite les conséquences plutôt que les causes, ce qui ne laisse pas d’irriter notre courageux « chevalier blanc » et activiste métropolitain Jean-Yves Sayag.

Diagnostic du site de « Château Vert » (© Euroméditerranée)

Au-delà du flou politique sur la non gestion de la situation elle-même, le mystère plane également sur ce que pourrait devenir cet îlot stratégiquement situé à la lisière du Parc Habité bientôt terminé et d’un Euroméditerranée 2 en devenir. Nos informations les plus précises à date remontent à un article de TPBM du mois de janvier. Les « 11 130 m2 de logements et 10 720 m2 de bureaux et activités » n’annoncent rien de bien nouveau, hormis la réhabilitation de huit immeubles qui nous l’espérons contrastera harmonieusement avec le seul immeuble neuf de l’îlot à date : un bloc blanc de bureaux dont les occupants se demandent pour l’instant ce qu’ils ont bien pu venir faire dans cette galère.

Arrêt 3 : la prolongation de la ligne de tram T3 vers le nord

Au croisement entre l’avenue Roger Salengro et la rue d’Anthoine, vous vous trouverez là où côté sud la future extension du T3 jusqu’au boulevard Capitaine Gèze se ramifiera sur quelques centaines de mètres en deux branches, pour des raisons techniques.

Dans le sens sud-nord le T3 empruntera la traverse du Bachas et la rue du Marché avant de rejoindre l’avenue Roger Salengro, alors que dans le sens nord-sud il poursuivra sur l’avenue Salengro.
Cette première phase de l’extension du T3 est prévue pour s’achever en 2025 : patience donc pour tous ceux qui attendent une suite, annoncée mais non financée, qui ferait vraiment la différence pour un grand nombre d’habitants du nord de Marseille – à savoir une phase 2 jusqu’à La Castellane, en passant par le lycée Saint-Exupéry.

Ci-contre : la localisation finale retenue des stations sur l’extension nord – phase 1 du réseau de tramway T3 (source : Plan de Déplacements Urbains du 19/12/2019)

Arrêts 4 et 5 : le futur parc Bougainville

Prenez légèrement à gauche sur l’avenue de Briançon. Il vous faudra beaucoup d’imagination pour voir sur votre droite se matérialiser le parc Bougainville et la remise en état de la portion du ruisseau qui coule à cet endroit.
Après des années de concertation avec les habitants et d’interminables étapes administratives, les travaux ont pourtant démarré, avec une attention grandissante accordée à la fois au sujet de la gestion du risque inondation et de la restauration du cours d’eau des Aygalades.
Du côté gauche de l’avenue, arrêtez vous devant le numéro 29, une ancienne salle de gym actuellement en travaux que vous pouvez d’ores et déjà imaginer comme un endroit où les sportifs du quartier auront bientôt plaisir à venir chiner : une recyclerie sportive et solidaire devrait en effet y ouvrir à la fin de cette année.

Au bout de l’avenue de Briançon, montez à droite les escaliers mécaniques qui mènent à la station de métro.
Du haut de ces escaliers vous verrez les immeubles de « Smartseille » émerger derrière le siège de « La Provence » et quelques cheminées et anciens bâtiments industriels, dont certains vont être réhabilités. En vous retournant vers les escaliers vous pourrez voir à droite l’emprise sud du parc Bougainville. L’emprise nord se trouve sur votre gauche, de l’autre côté du pont aérien. S’y déroulent actuellement les travaux de démolition de la fourrière, dont la structure métallique va être préservée et constituera un élément central du futur parc.

Prochain épisode : de la place Cazemajou au village des Crottes

Une réponse sur « Euromed 2 à l’assaut du « pôle Nord » (1/3) »

Les commentaires sont fermés.