Catégories
Euromedhabitants

Kifékoi dans ma ville ?

Samedi 4 juillet Marseille a changé de maire. C’est l’occasion de faire un point pour aider les nouveaux habitants (et peut-être même les autres) à s’y retrouver dans les méandres de notre organisation municipale.

La mairie centrale et les mairies de secteurs

Comme à Paris et à Lyon, il y a à Marseille une mairie pour toute la ville dite « centrale » et des mairies de secteur. Ici chaque secteur comprend deux arrondissements. Le périmètre d’Euroméditerranée s’étendant sur une partie des 1er, 2e, 3e, 14e et 15e arrondissements, les mairies de secteur concernées sont celles du premier secteur (1er et 7e arrondissements), du deuxième secteur (2e et 3e arrondissements), du septième secteur (13e et 14e arrondissements) et du huitième secteur (15e et 16e arrondissement).

Dans ces mairies de secteur siègent les conseillers d’arrondissements qui ont été désignés sur les listes élues lors des élections municipales. Une semaine après l’élection du maire de la ville et du conseil municipal, ces conseillers élisent leurs maires de secteur respectifs parmi ceux de leurs pairs élus sur le secteur.

Maires de secteur élus le 12 juillet 2020 :
1er secteur (1er et 7e arrondissements) : Sophie Camard5e secteur (9e et 10e arrondissements) : Lionel Royer-Perreaut
2e secteur (2e et 3e arrondissements) : Anthony Krehmeier6e secteur (11e et 12e arrondissements) : Julien Ravier
3e secteur (4e et 5e arrondissements) : Didier Jau7e secteur (13e et 14e arrondissements) : Marion Bareille
4e secteur (6e et 8e arrondissements) : Pierre Benarroche8e secteur (15e et 16e arrondissements) : Nadia Boulainseur

Les mairies de secteur sont loin d’avoir la main sur leur périmètre, ne serait-ce qu’en termes de budget (15 millions d’euros pour toutes les mairies de secteur contre 1,5 milliard d’euros pour la mairie centrale en 2019). Et la mairie centrale elle-même n’a pas toutes les compétences et budgets nécessaires pour faire ce qu’elle veut puisqu’une partie de ces compétences et budgets ont été transférés à la métropole Aix-Marseille-Provence créée en 2016, et que d’autres relèvent du département ou de la région. Ces institutions peuvent cependant venir abonder les budgets municipaux.

On peut dire, en simplifiant, que la mairie de Marseille a les compétences et budgets pour :

  • Les écoles et activités associées
  • Les crèches
  • Les arbres, les espaces verts de plus d’un hectare
  • Les plages
  • Les équipements sportifs municipaux
  • Les équipements culturels municipaux
  • L’éclairage public (dans l’attente de son transfert à la métropole)
  • Le stationnement des véhicules
  • La police municipale
  • Les marins pompiers de Marseille

De leur côté, les mairies de secteur gèrent :

  • L’état civil
  • Les équipements socio-culturels (maisons pour tous, centres d’animations et de loisirs, centres aérés,…)
  • Les espaces verts de moins d’un hectare
  • Les petits équipements sportifs et les boulodromes

Elles ont également un avis consultatif sur un certain nombre de sujets.

D’autres transferts de compétences et de budgets de la mairie centrale vers les mairies de secteur sont cependant possibles. C’est une des promesses de la nouvelle majorité, que beaucoup d’habitants appellent de leurs vœux. Elle figurait d’ailleurs d’une manière ou d’une autre dans tous les programmes des candidats lors de ces récentes élections municipales marseillaises.

Mais aussi…

Reste que beaucoup de sujets de notre quotidien ne relèvent d’aucune des compétences ci-dessus énoncées. Et pour cause : les transports, la propreté, l’eau et l’assainissement notamment, sont du ressort d’Aix-Marseille-Provence Métropole, tandis que les collèges sont gérés par le département et les lycées et les universités par la région… Autant dire que la liste de ces attributions, fût-elle simplifiée, laisse plus d’un habitant perplexe, sans parler de ceux qui, croyant avoir enfin compris, souhaitent s’adresser à la métropole sur un sujet de voirie mais auxquels je dois expliquer que la voirie en question étant en cours d’aménagement, le sujet doit être remonté non pas à la métropole mais à… Euroméditerranée ! Je vous épargne ici la liste des autres subtilités, dont je n’ai moi-même pas fini de faire le tour.

Au quotidien cependant, rien n’interdit de contacter la mairie de secteur pour qu’elle se fasse le relais d’une question ou d’une demande d’intervention qui concerne la mairie centrale ou la métropole. Le service « Allô Mairie » prend également en charge les signalements relevant des compétences métropolitaines.

Et l’avis des habitants dans tout ça ?

C’était également une promesse de campagne de la nouvelle majorité et beaucoup de ceux qui souhaitent s’impliquer dans la vie de leur quartier seront heureux qu’elle se concrétise : les conseils de quartier, obligatoires pour toutes les villes de plus de 80 000 habitants depuis 2002 mais toujours absents à Marseille, devraient enfin voir le jour, assortis d’un budget de fonctionnement propre et d’un budget d’animation.

Pour conclure

Un petit quizz pour savoir si vous avez bien tout compris : regardez toutes les photos de cet article et dites-moi de quelle compétence ces lieux où ces situations relèvent (attention, il y a un piège !)

9

Réponses :

  1. Gymase Ruffi : Mairie de Marseille
  2. Plateau sportif Spinelly : Mairie de secteur du 2-3
  3. Lycée Le Chatelier : Région PACA
  4. Ecole Peyssonnel : Mairie de Marseille
  5. Transports (hors trains) : Aix-Marseille-Provence Métropole
  6. Parc François Billoux : Mairie de Marseille
  7. Collège Rosa Parks : Département des Bouches-du-Rhône
  8. Stationnement : Mairie de Marseille
  9. Jardin d’Arenc : Joker ! (initialement présenté comme public mais devenu privé… et fermé au public)

3 réponses sur « Kifékoi dans ma ville ? »

J’ai souvent appelé cela « le bonneteau des compétences » ; la gestion de la propreté des rues de Marseille en est un exemple flagrant : Quand ce n’est pas du ressort de la mairie c’est du ressort de la métropole… ou du promoteur privé (voire de l’aménageur public !) lorsque la voirie n’est toujours pas rétrocédée.
Bref, plus d’une fois sur deux c’est à l’autre de nettoyer. Pas simple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *